Derniers articles:

Toits Verts

Voir la mise en place d’un toit vert à la fin de l’article


Mis à jour: janvier 2007
En savoir plus: Toits Verts

BedZED, un quartier "zéro énergie"

Une exemple concret à Londres du concept Zero Energy Development de l’architecte anglais Bill Dunster


Mis à jour: janvier 2007
En savoir plus: BedZED, un quartier "zéro énergie"

Echanges, troc, récup

SEL : Systèmes d’Echange Local
Les Systèmes d’Echange Local regroupent des personnes qui pratiquent l’échange multilatéral de biens, de services, et de savoirs.
Pour publier les offres et les demandes, un catalogue est édité. La valeur de l’échange est le plus souvent mesurée en référence au temps passé. Les unités créditées ou dépensées sont tenues à jour dans des comptes. Mais "Quelque soit le système choisi, l’écrasante majorité s’accorde à penser que le nombre d’unités n’est que la mémoire de l’échange, (...)


Mis à jour: novembre 2006
En savoir plus: Echanges, troc, récup

Lancer des actions

Comment lancer des campagnes, convaincre une bonne partie de l’opinion publique et gagner l’argument


Mis à jour: septembre 2006
En savoir plus: Lancer des actions

Créer une association

" Le rassemblement des citoyens dans des organisations, mouvements, associations, syndicats est une condition nécessaire au fonctionnement de toute société civilisée bien structurée." Vaclav Havel


Mis à jour: juin 2006
En savoir plus: Créer une association

Présentation du site:

70 millions de personnes environ dans le monde migrent chaque année de la campagne à la ville.

La campagne vomit ses habitants, tant ceux-ci ont du mal à y survivre. Pour de multiples et complexes raisons, nous en conviendrons tous, le travail de la terre ne procure plus de subsistance décente à ses habitants ; la prédiction (des Nations Unies) est que l’année prochaine, le nombre d’habitants des villes sera le même que celui des campagnes. C’est principalement pour se trouver un emploi et en espérant que leur qualité de vie sera meilleure que les gens quittent les territoires ruraux.

En quoi cela nous concerne t-il ? nous qui ne rêvons que d’horizons dégagés, de grands espaces, d’arbres centenaires, de verdure, d’air frais, de calme... nos modes de vies modernes étant de plus en plus cousus dans le tissu des zones urbaines, autant faire preuve d’imagination, de conviction voire de ruse pour les transformer -pratiquement- en ecopolis, en villes vertes où il fera bon vivre -durablement-, une ambition pour laquelle elles se prêtent d’ailleurs plus facilement qu’on ne pense..

Débarrassez la ville de ses nuisances, de ses pollutions, de ses quartiers ghettos et vous pouvez profiter de la proximité des services, du travail, de l’éducation. Vous êtes aux premières loges des grands mouvements de contestations populaires, des courants d’avant-garde culturels et intellectuels. Tout changement massif de mode de consommation et de production naîtra dans une de ces métropoles. L’effervescence sociale est avant tout urbaine...

Vers une définition de l’Ecologie Urbaine :

Co-existence harmonieuse et intéractions de différents modes de vie et classes sociales (alternatifs et traditionnels, familles, célibataires et homos, enfants et anciens), espèces végétales et animales, pour que la ville soit un endroit organique qui vit en harmonie avec son environnement et soit complètement intégrée au concept de développement soutenable. L’écologie urbaine doit rendre la ville agréable à vivre car il n’y a que de cette façon que les habitants des villes -autochtones, étrangers, habitants récents ou anciens- s’approprient leur lieu de vie et naturellement le maintiennent, le mettent en valeur et l’améliorent.

Multiplicité des solutions ("no size fits all") : ce à quoi aspirent les gens dans les quartiers défavorisés diffèrent souvent de ce que cherchent les habitants des boulevards plus cossus, en sachant que les moyens doivent être répartis équitablement, que très souvent il faut concilier avec l’existant, et qu’il faut suivre quelques principes fondamentaux et directeurs : pour les nouveaux quartiers ou la rénovation urbaine intense par exemple, la mixité sociale.

L’écologie urbaine est avant tout sociale, parce qu’elle est mise en œuvre par et pour les gens.

L’écologie urbaine évoque -mais ne se limite certainement pas- à la co-existence de la nature avec la ville. Le végétal a un effet psychologique apaisant sur l’être humain. Les arbres ont une valeur non seulement économique de part leur rôle sur la purification de l’air, le ruissellement des eaux pluviales, la régulation de la température dans le micro-climat urbain, ils ont également une valeur plus difficile à évaluer qui joue sur le bien être des habitants. Ils hébergent toute une biodiversité faunistique qui, par son activité, ses chants, embellit la ville.

L’écologie urbaine ne s’étudie pas, puisqu’il n’existe pas à priori d’écosystèmes stables en milieu urbain. Par contre l’écologie urbaine, de par sa définition, est un système en constante éco-construction, une sorte de fourmilière humaine à définir ; la question de comment co-exister avec la bio-, l’humaine et toutes les diversités du milieu urbain reste continuellement remise en chantier.

Le concept d’écologie urbaine est bien sûr lié au concept de ville soutenable ou durable. Voir :

Principes de l’ecopolis ...